À propos.

Whenever I examine my life, I see how God has been working on my life every day, trying to bring me to light, to openness, to my better person. And I can see myself looking for ways to bring myself peace and happiness, struggling and searching for balance in the midst of raw emotions. To honor that, I’ve decided to step in a new journey, a journey of singleness.

2 réflexions sur “À propos.

  1. Etre ou ne pas être, suivre le bon cap et la volonté divine… toutes ces questions intriguent les homo-sapiens et ce depuis la nuit des temps.

    Les chinois crurent à un monde divisé entre ciel, terre et enfer, où les cinq éléments dominent la terre et où l’équilibre entre le Yin et le Yang être préservé, ce fut la base de la philosophie taoïste, qui sera remise en cause plusieurs siècles par Confucius et ses disciples. Pas loin en inde le jeune prince Bouddha rejeta sévèrement les joies et plaisirs de la vie matérialiste pour prêcher à ses suiveurs l’abnégation, l’équité et le respect de tout forme de vie mais a aussi été l’un des premiers à croire que les bon actes ne sont pas vains et seront récompensés après réincarnation dans une autre vie sous une autre forme

    Plus à l’ouest le spiritualisme servit comme outil de gouvernance c’est ainsi que les pharaons se proclamèrent fils de divinité et leur main sur terre pour garantir un contrôle absolue sur leur sujets et esclaves. Les égyptiens du même titre que les grecques ou les romains croyaient en un certain ordre entre divinités où chacune chapeaute un aspect de la vie des hommes, pendant le temps qu’ils voyaient illogiquement les humains êtres inférieurs mais susceptibles de s’entre-tuer pour l’hégémonie et le pouvoir. C’est à partir de ce moment que certains érudits et philosophes ont compris qu’il ne peut y avoir qu’un seul tigre pour régner sur une même montagne, et que même si plusieurs divinités existaient ils finiraient par s’entre-tuer pour dominer !

    C’est la même réflexion qui a poussé Abraham encore jeune à quitter son village et partir à la recherche de sa divinité. Après un long séjour dans le désert il crut à un instant que c’était la lune toute belle et lumineuse qui était son dieu, mais hélas le soleil est plus grand plus attirant et plus imposant, celui-ci finira aussi par le décevoir car il n’est pas omniprésent ce n’est là qu’il conclut que son Dieu véritable est celui qui les créa tous. Ce n’est que la que Dieu le tout puissant est sorti de son silence pour parler à son humble serviteur et lui ordonna de se prosterner (إِذْ قَالَ لَهُ رَبُّهُ أَسْلِمْ قَالَ أَسْلَمْتُ لِرَبِّ الْعَالَمِينَ) le terme « asslamt » c’est l’origine du nom « islam » le fait de se dévouer à Dieu et sa volonté et nul humain n’est pas sensé sortir de la foie Abrahamique comme le précise le tout puissant (وَمَن يَرْغَبُ عَن مِّلَّةِ إِبْرَاهِيمَ إِلاَّ مَن سَفِهَ نَفْسَهُ وَلَقَدِ اصْطَفَيْنَاهُ فِي الدُّنْيَا وَإِنَّهُ فِي الآخِرَةِ لَمِنَ الصَّالِحِينَ )

    Pour la mission divine je te renvoi au pacte d’Adam, Dieu a dit aux anges que je créerai un « Lieutenant » sur terre. Après avoir quitté le paradis pour descendre sur terre Dieu a rappelé à Adam de se souvenir du pacte et de sa mission terrestre et toujours garder à l’œil qui est son pire ennemi

    Pour le choix d’être seule dans sa vie,son parcours et carrière c’est une décision souveraine… mais je ne pense pas qu’elle vient plus d’une conviction équilibrée mais plus tot d’une profonde déception du sexe opposé ou plus tôt sur certains d’entre-deux que tu as connu dans ta vie. c’est plus tot un mécanisme de défense un refoulement comme dirait un partisan de l’école psychanalytique Freudienne. L’idole ultime pour un musulman est son prophète Mohamed sws, c’est un exemple à suivre en tout, dans l’amour, la guerre et la vie quotidienne… l’homme est le complément de la femme et vice versa, et c’est un crime envers soi, son corps et son âme de se priver des joies de la vie dans le cadre légitime et légal tracé et régit par l’islam

    A bon entendeur….

    Aimé par 1 personne

    • Saif diir, ce fut un plaisir de lire la qualité de ton commentaire. Et j’apprécie ton intervention.
      Néanmoins, je dois te dire que tu te trompes sur les raisons qui m’ont poussée à prendre cette décision, que je ne prétends pas être définitive dans le temps, sans pour autant être capable de confirmer le contraire. C’est une aventure.

      Si tu as pris le temps de lire l’article « the why » du chapitre 1: reconnecting, tu te rendras compte qu’à aucun moment je ne blâme le sexe opposé pour quoi que ce soit. J’ai tout écrit à la première personne du singulier.
      Ma raison principale ne découle pas d’un comportement extérieur envers moi, mais d’une réaction intérieure. C’est moi qui aie été déçue envers moi-même. Et au lieu de me voir répéter les mêmes erreurs et accumuler les mêmes déceptions, j’ai décidé de prendre du recul. Pour la simple et bonne raison que personne ne peut le faire à ma place. C’est ma propre responsabilité, mon propre devoir envers moi-même et surtout, un travail nécessaire que je ne peux ni reporter ni déléguer.

      Dès que j’ai entamé le processus, l’autre a cessé d’exister. J’ai écarté le sexe opposé ainsi que toute personne toxique dans ma vie. Dans mon monde il n’y avait plus que moi, mes peurs, mes doutes et mon besoin de me poser les bonnes questions. Et j’ai tout simplement décidé d’investir sur moi.

      Dieu n’aime pas qu’on se montre injuste envers notre cœur, notre âme et notre corps. Et c’est pour cela que j’ai pris cette décision, pour rétablir le tort que je me suis moi-même infligée à ma petite personne. Le crime aurait été de perpétuer, de traîner et de refouler toutes ces émotions et tous ces sentiments.

      Je ne refuse pas la bonté de Dieu, sous n’importe quelle forme. Et l’article que j’ai partagé sur ma page Facebook, « mariés mais encore », dont voici le lien: https://www.facebook.com/notes/sophia-boris-el-kerdini/mari%C3%A9s-mais-encore-/562955340534183, montre que je considère l’acte du mariage comme la chose la plus sacrée, la plus noble et la plus admirable. Mais qu’avant cela, avant de se lier à quelqu’un, par amour ou par amitié, il faut avoir eu le courage de se prendre en main, d’avoir fait le ménage à l’intérieur de soi pour ne pas risquer de charger l’autre de régler nos « mécanismes de défense » à notre place. Et surtout, de prévenir la croyance erronée, que l’autre est là pour nous rendre heureux, nous faire sentir moins seul, ou l’utiliser pour engourdir nos peurs et nos doutes.

      Lorsque je sentirais que cette période a duré assez longtemps pour me guérir, me nourrir, me transformer, alors là je plierai bagage pour entamer une nouvelle aventure sans que j’ai à la planifier d’avance.

      Merci encore pour ton intervention, qui je dirais, était prévisible et un peu nécessaire 🙂
      Au plaisir de te recroiser dans d’autres commentaires!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s